On s’était dit rendez-vous dans 10 ans…

Nadine JeanneJe suis conseillère municipale de Puteaux depuis mars 2001 : une vraie sinécure !

Je fus accueillie à bras ouverts : « furie trotskyste », « tchéchène en crise », « malade mentale », autant de sobriquets affectueux dont m’affublaient les membres de la majorité, décidément ouverte aux critiques.

Dans cette atmosphère (presque) bon enfant, nous avons, mes  camarades et moi, découvert les perles de la Mairie : surfacturation du chauffage urbain, manque de crèches, délabrement des écoles, logements insalubres, clientélisme… Du grand art ! Chaque mois, par nos tracts et nos actions, nous vous en avons tenu au courant.

En 2002, à la surprise générale, j’obtiens 42% des voix à l’élection cantonale : panique dans les coulisses ! On m’envoie même les RG, histoire de voir qui est cette Nadine Jeanne qui a eu le culot de mettre en ballottage la candidate de la Majorité ! Dure année pour cette dernière, puisque c’est également en 2002 qu’ouvre le blog de notre (alors) camarade Christophe Grébert, relayant nos différentes actions. Résultats : le turbo est mis sur la construction des crèches, le ravalement des écoles… et sur le harcèlement de l’opposition bien sûr ! Les procès s’enchaînent ; tous perdus par la municipalité évidemment. Jamais je n’aurais imaginé passer autant de temps dans les commissariats de police et dans les tribunaux !

En 2004, nouveau blog (NadineJeanne.com) et nouvelle élection cantonale ; Robert Badinter et François Hollande viennent à Puteaux pour me soutenir. Mais la mairie fait bien son travail (de sape), et nous manquons le second tour de 85 petites voix…

2005 sera une année mémorable avec le début de la guerre des Ceccaldi ! J’assiste en direct à cette pièce de théâtre épique et néanmoins affligeante en Conseil Municipal. Et je gagne le droit de passer devant les tribunaux, pour avoir défendu le dossier de l’église évangélique de Puteaux !

Depuis l’élection municipale de 2008, marquée par la défection de C. Grébert qui a préféré monter sa propre liste, nous sommes trois élus socialistes à siéger : Stéphane Vazia, notre président de groupe, Eric Chaurial et moi. Petite nouveauté : les élus de la Majorité me disent bonjour, m’écoutent sans ricaner quand j’interviens en conseil municipal et le maire m’a dernièrement mandatée pour une mission en Haïti. Quel progrès ! Je n’oublie rien de ce qui s’est passé mais j’apprécie tout de même de ne plus être la pestiférée de Puteaux !

Faites tourner :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Twitter
30 juin 2011 - Posté dans : Puteaux (vraies) Infos 5 - Lire la suite

Laisser un commentaire