Carrés blancs

Vous avez vu : dans Puteaux-Cémoi de Décembre, c’est le 2ème mois où il n’y a pas de tribune d’opposition du PS… Bon, on a du mal à le voir, la place réservée est tellement petite, mais ça fait un CARRE BLANC. « Tribune arrivée trop tard » dit le chef du journal ; bien sûr, c’est faux, et ça n’empêche pas M. Franchi, porte-voix de la majorité, d’y répondre !

Mais méfiez-vous chers lecteurs, un jour, page 67, vous aurez ceci : « le cuisinier s’est coupé 2 doigts, il n’y aura pas de recette de cuisine ce mois-ci ». CARRE BLANC. Et puis, page 51 : « le professeur de danse s’est foulé la cheville, pas de pas de base du tango argentin ». CARRE BLANC. Et puis pages 20 et 21 « Cette année, il y a eu trop de fautes dans la dictée de Puteaux, article supprimé ». 2 gros CARRES BLANCS. Page 59, « la parole est à vous » : » en raison de la pertinence des questions posées à Mme le Maire, il n’y aura pas de réponse ». CARRE BLANC. Page 56 : « le commissaire de police de Puteaux ayant manifesté dans la rue avec ses collègues contre la politique du chiffre de son ministre, pas d’article ce-moi-ci ». CARRE BLANC. Page 47 : » La gauche ayant gagné les élections régionales, nous n’inviterons plus les gens à aller voter ». CARRE BLANC.

Vous l’aurez compris, ce journal polymorphe, polyvalent et très poli, sorte d’inventaire à la Prévert, a des goûts sélectifs ; il propose à chacun son ¼ d’heure de gloire en publiant les photos du plus grand nombre, mais il est tenté par les Carrés blancs. Trop de carrés blancs valent un carton rouge ; quand le journal municipal accorde plus de place à la recette du «  gigot de 7 heures aux échalotes » qu’à l’expression de toute l’opposition réunie, cela montre en quelle estime on tient le débat démocratique  local ; on est au degré zéro de la politique pour la simple conservation du pouvoir;

Rassurez-vous cher lecteur, il y a une chose que vous ne verrez jamais, page 62 : » pour des raisons qu’il ne nous appartient pas de commenter, Mr Franchi ne présentera pas sa tribune ce mois-ci ».Il est toujours à l’heure, c’est lui qui les distribue, les CARRES BLANCS.

Faites tourner :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Twitter
7 janvier 2010 - Posté dans : Puteaux (vraies) Infos 2 - Lire la suite

5 commentaires pour “Carrés blancs”

  1. Tolédano dit :

    Une question: quelle est la raison pour laquelle la tribune n’est pas publiée ? Est-ce que votre tribune est RÉELLEMENT arrivée trop tard ? Si non, ne faut-il pas faire constater par huissier que vos tribunes sont à l’heure. Si oui, c’est un peu de votre faute ?

  2. jmdesp dit :

    @Tolédano : Et comment fait Franchi pour répondre dans son emplacement à une tribune qui elle est arrivée trop tard pour être publiée ? Don de prescience peut-être ?

    • Tolédano dit :

      Ceci ne répond pas à ma question. La tribune PS pourrait être arrivée hors délai légal, mais suffisamment tôt pour que V.Franchi la lise et y réponde.

      Et si, comme vous semblez le dire, la tribune arrive à l’heure, il semblerait simple de faire constater par huissier que les délais sont respectés, avec ce qui s’ensuit (plainte, etc.) Pourquoi ceci n’est pas fait ?
      Désolé, je ne comprends toujours pas.

  3. logique dit :

    Donc si Vincent Franchi a pu la lire avant de faire la sienne (qu’il doit déposer avant le même délai légal) c’est que la tribune arrivée trop tard était bien arrivée avant le délai légal, non ?

  4. Il y a plusieurs cas de figures pour le « retard » de notre tribune. Premier cas de figure : nous l’envoyons le 10 au soir (vers 22h, soit 2h avant la deadline). Dans ce cas, l’argument qui nous est retourné est que les bureaux ferment à 18h, et qu’ils ne l’ont donc pas avant le lendemain matin. Nous avons déjà rencontré ce genre d’excuses, et avons protesté. Ce problème est donc régler. Depuis, nos tribunes envoyées à 22h sont publiées, mais l’UMP répond à nos écrits dans la sienne. Nous jouons donc la montre, et les envoyons juste un peu avant minuit. L’UMP répond toujours, même lorsque notre tribune arrive à 00h00 et qu’on nous dit que « c’est trop tard pour être publié ».

Laisser un commentaire